L’année M1


Présentation

Au cours de l’année de M1, les étudiants du parcours PiSE renforcent leur bagage méthodologique et leur ouverture généraliste sur le monde contemporain, au travers des enseignements mutualisés avec les autres parcours du master MECI. Ils acquièrent également les bases d’une culture organisationnelle et technique sur les systèmes d’information, au travers d’enseignements dédiés.

Ils peuvent de surcroît choisir entre la rédaction d’un mémoire de recherche (ayant trait de préférence aux systèmes d’information ou au monde du numérique en général) et un stage.

NB : sauf mention contraire, tous les enseignements de chaque UE sont obligatoires 

Semestre 1

UE 1 : Mutations du monde contemporain 

Nouveaux régimes de croissance

Pascal Grouiez

Enseignant-chercheur

Université Paris-Diderot

Objectifs pédagogiques

L’objectif du cours est d’analyser les conditions d’une croissance relativement cohérente de l’activité économique sur un territoire donné. Considérant que le capitalisme génère en permanence des distorsions dans les processus de production, de distribution et de répartition de la richesse, l’objet du cours est de repérer – à différentes échelles (méso, macro) – les dispositifs institutionnels – issus des compromis de différents acteurs économiques- qui contribuent à réduire les tensions et à assurer une progression relativement cohérente de l’accumulation du capital. Les dispositifs institutionnels naissent dans un environnement économique et social propre à chaque zone économique (au niveau macro) et à chaque territoire (au niveau méso). En conséquence, il s’agira d’identifier les outils méthodologiques et théoriques à disposition des économistes qui permettent de saisir la diversité des réponses institutionnelles aux changements (voire aux crises) des économies du monde. Nous mettrons en évidence la nécessité de reconnaÏtre la diversité des capitalismes et de leurs régimes de croissance. La cohérence de ces différents régimes peut être assurée à l’échelle d’un Etat (macro), d’un territoire (méso), voire dans le bouclage entre les niveaux macro et méso.

Plan du cours

Introduction : d’un nouveau régime de croissance aux nouveaux régimes de croissance

Chapitre 1 : Penser les crises du capitalisme

1. Les institutions du capitalisme

2. Le mode de régulation

3. Une illustration par les faits stylisés

4. D’un régime fordiste à un régime financiarisé

Chapitre 2 : La variété des capitalismes

1. Le compagnie-isme japonais

2. Le cas de la Chine

Chapitre 3 : Des régimes de croissance macro aux bricolages institutionnels dans des espaces méso.

1. La firme comme arrangement institutionnel : le concept de « modèle productif »

2. Le cas de l’industrie pharmaceutique

3. Une macro structurant la méso

Chapitre 4 : La mésoéconomie comme marge instituante

1. L’espace méso, lieu d’innovation et de différenciation

2. Le cas de l’économie collaborative

3. Les fondements théoriques de la différenciation de l’économie collaborative

4. L’impact des « marges instituantes » : une méso structurant la macro

Chapitre 5 : Nouveaux régimes de croissance et progrès social

1. Financiarisation et transformation du rapport salarial

2. Les coopératives comme marges instituantes : vers un nouveau rapport au travail ?

Contrôle des connaissances

Etudiants inscrits en CC Un dossier à travailler en groupe comptant pour 50 % de la note finale et un examen comptant pour 50 % de la note finale.

Etudiants inscrits en ET Un examen comptant pour 100 % de la note finale.

Bibliographie de base

Boyer R. (2015), Economie politique des capitalismes, La découverte.

Robert Boyer, Hiroyasu Uemura et Akinori Isogai (dir.) (2015), Capitalismes asiatiques, diversité et transformation, Presses Universitaires de Rennes.

Bigi M. et al. (2015), Travailler au XXIème siècle, Robert Laffont.

 

Tendances sociétales

tchernia

Jean-François TCHERNIA

Université Paris-Diderot

Tchernia Études Conseil

 

Objectifs pédagogiques

L’objet de l’enseignement est de donner aux étudiants les moyens de repérer et d’analyser les tendances sociétales entendues comme des signes particuliers du changement permanent que connaissent les sociétés européennes. Le cours aborde cette question sous un angle à la fois transversal (les fondements, les valeurs, le temps) et thématique (l’espace, le corps, les pratiques culturelles). Il combine des apports théoriques, en sociologie notamment, et la présentation des méthodes utilisées par les organisations pour se repérer dans le changement social (veille sociétale, prospective).

Plan de cours 

  1. Les fondements et les méthodes
  2. Les valeurs
  3. Le temps
  4. Le rapport à l’espace
  5. Le rapport au corps
  6. Les pratiques culturelles
  7. Contrôle des connaissances

Réalisation d’une fiche de tendance sociétale + examen final

Bibliographie

Bréchon P., Galland O., L’individualisation des valeurs, Armand Colin, 2010

Bréchon P., Gonthier F., Les valeurs des Européens. Evolutions et clivages, Armand Colin, 2014

Erner G., Sociologie des tendances, Presses Universitaires de France, coll. Que sais-je, 2008

Rosa H., Accélération. Une critique sociale du temps, La Découverte, 2013

 

 

Enjeux spatiaux des sociétés contemporaines

Frédéric SANTAMARIA

Maître de Conférences en Aménagement

Pierre Pistre 

Maître de Conférences en Géographie

Université Paris-Diderot Paris 7

Objectifs pédagogiques

L’objectif est de vous familiariser avec les enjeux des sociétés contemporaines du point de vue de l’espace géographique. Il s’agit de vous sensibiliser aux grandes mutations des territoires, de leur organisation, mais aussi des transformations dans le cadre de politiques et d’actions en matière d’aménagement à différentes échelles.

Objectifs du cours

  • Comprendre les apports d’une prise en compte de la dimension spatiale des phénomènes notamment socio-économiques.
  • Connaître les principales méthodes mobilisées pour appréhender l’espace en géographie et en aménagement.
  • Pouvoir lire de façon critique des articles scientifiques relevant de la géographie et de l’aménagement. En comprendre le vocabulaire, les méthodes et les enjeux.

Plan du cours

Séance 1 : Inégalités dans l’espace : approches multiscalaires et multidimensionnelles – PP Lecture obligatoire : Fleury A., François J.-C., Mathian H., Ribardière H., Saint-Julien T., 2012, « Les inégalités socio-spatiales progressent-elles en Île-de-France ? », Métropolitiques, url : http://www.metropolitiques.eu/Les-inegalites-socio-spatiales.html

Séance 2 : Le fait urbain du mondial au local (hiérarchies, systèmes, fonctions) – PP Lecture obligatoire : Berroir S., Cattan N., Dobruszkes F., Guérois M., Paulus F., Vacchiani-Marcuzzo C., 2017, « Les systèmes urbains français : une approche relationnelle », Cybergeo, Article 807, url : https://cybergeo.revues.org/27945

Séance 3 : Métropoles et périphéries (rurales, périurbaines, urbaines) – PP Lecture obligatoire : Charmes E., Launay L., Vermeersch S., 2013, « Le périurbain, France du repli ? », La Vie des idées, url : http://www.laviedesidees.fr/Liens-faibles-choix-forts-les.html

Séance 4 : Enjeux démocratiques de l’aménagement – FS Lecture obligatoire : Torre A.,  « Du bon usage des conflits ! L’expression des désaccords au cœur des dynamiques territoriales », Métropolitiques, 20 juin 2011. https://www.metropolitiques.eu/Du-bon-usage-des-conflits-L.html

Séance 5 : Maillages et Territoires institutionnels : les « réformes territoriales » et leur pertinence – DB Lectures obligatoires :

Séance 6 : Territoires et imaginaire (représentations, appartenances, marketing) DB Lecture obligatoire : Debarbieux B., 1995, « Imagination et imaginaire géographiques » dans Bailly A., Ferras R., Pumain D. (dir.), Encyclopédie de Géographie, Paris, Economica, pp. 875-888.

Les textes à lire pour chaque cours sont disponibles sur Moodle.

Contrôle des connaissances   

  • Contrôle continu : deux fiches de lecture sur les lectures associées aux séances de cours.
  • Pour l’examen terminal (50 %), un devoir sur table de 3h pendant la semaine des partiels. Il sera composé à la fois de questions de cours, de questions sur les lectures obligatoires et d’exercices divers.

Bibliographie

  • Brunet, R., Ferras, R., & Théry, H., 1993, Les mots de la géographie : dictionnaire critique, Paris, Reclus
  • Charvet J.P., Sivignon M., 2016, Géographie humaine, questions et enjeux du monde contemporain, Armand Colin, 3ème édition
  • Clerval, A., Fleury, A., Rebotier, J., & Weber, S., 2015, Espace et rapports de domination, PUR, Rennes.
  • Debarbieux B., 2015, L’espace de l’Imaginaire : Essais et détours, CNRS, 305 p.
  • Desjardins X., Génau de Lamarlière I. (dir.), L’aménagement du territoire en France, La documentation française, Paris
  • Levy J., & Lussault M., 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés. Paris: Belin.
  • Merlin P., Choay F., 2010 (troisième édition mise à jour), Dictionnaire de l’urbanisme et de l’aménagement, PUF, Paris.
  • Pumain, D., & Saint-Julien, T., 2001, Les interactions spatiales. Cursus Géographie, Armand Colin, Paris.
  • Pumain, D., & Saint-Julien T., 2010, Analyse spatiale : les localisations. Armand Colin.
  • Subra P., 2014 (2éme éd), Géopolitique de l’aménagement du territoire, A. Colin, 345 p.

Sites internet généralistes

  • http://geoconfluences.ens-lyon.fr/ (ressources variées en géographie)
  • http://geotheque.org/ (ressources variées en géographie)

http://www.hypergeo.eu/ (encyclopédie électronique de géographie en accès libre)

UE2 : Méthodologie I

Méthodologie de la recherche, des études et du conseil
santamaria

Frédéric SANTAMARIA

Maître de conférences – HDR en aménagement

Université Paris-Diderot

berroir

Sandrine BERROIR

Maître de conférences en géographie

Université Paris-Diderot

azoulay

Nicole AZOULAY

Maître de conférences en économie

Université Paris-Diderot

simonet 

Jean SIMONET

Consultant indépendant

H

William OUAKI 

Président/Gérant, Ares Bridge Over Research)

Objectifs pédagogiques

Cet enseignement présente les éléments généraux de méthodologie de la recherche et des études, les grands courants de pensées en sciences humaines et sociales ainsi que les métiers auxquels préparent le master. Il aide les étudiants dans l’élaboration de leurs mémoires de recherche ou de stage. Il permet aux étudiants de réfléchir à leur orientation académique et professionnelle.

Plan du cours

  • Méthodologie générale de la recherche en sciences humaines et sociales
  • Les courants de pensées en sciences humaines et sociales
  • Méthodologie du mémoire de recherche et du mémoire de stage
  • Présentation des métiers des études et du conseil

Références bibliographiques

  • DOSSE François, 1995, L’empire du sens. L’humanisation des sciences humaines, La Découverte, Paris, 432 p.
  • GUIBERT Joël, JUMEL Guy, 1997, Méthodologie des pratiques de terrain en sciences humaines et sociales, Armand Colin, Paris, 216 p.
  • MESURE Sylvie, SAVIDAN Patrick (dir.), 2006, Le dictionnaire des sciences humaines, PUF, Paris, 1 277 p.
  • QUIVY Raymond, VAN CAMPENHOUDT Luc, 2011, Manuel de recherche en sciences sociales, Dunod, Paris, 256 p.

Modalités de contrôle des connaissances

Examen final uniquement

Tableur - fonctions avancées

Responsable

Raynal LE BOUR

Objectif pédagogique

  • Consolider les connaissances générales de l’environnement informatique.
  • Acquérir une maîtrise avancée des tableurs, indispensable à tout cadre / manager
  • Initier aux raisonnements algorithmiques dans l’optique du M2 PISE.

Plan du cours

Le cours s’articule autour d’une maîtrise progressive des fonctionnalités avancées d’Excel :

  • L’environnement : classeurs, feuilles, cellules, lignes, colonnes
  • Mise en forme : taille des cellules, bordures, formatage de texte, de nombres (dates et heures)
  • Les formules
  • La copie – la recopie incrémentée : adressage relatif, absolu, externe
  • Les fonctions : structure générale.
  • Les fonctions : SOMME, SI, ET, OU, AUJOURDHUI, MAINTENANT, ENT, MAX, MIN, RECHERCHE
  • Les fonctions : fonctions imbriquées.
  • Les graphismes : types, séries de données, construction, modification.
  • Liaison de documents (Word et Excel)
  • Importation et exportation de données de type texte
  • Les tableaux croisés dynamiques
  • Valeur cible et solveur.

Téléchargez la série d’exercices proposée.

La présentation des fonctions (partie 1partie 2)

Modalités de contrôle des connaissances

Un examen à la fin du semestre, mettant en jeu les principaux mécanismes abordés en cours.

Analyse statistique sur le logiciel SPSS

Alexandre BERTHE

Maître de Conférences en Économie

Objectifs pédagogiques

L’objectif pédagogique de ce cours est de permettre aux étudiants de devenir autonome pour la réalisation de traitements statistiques et économétriques de base sur le logiciel SPSS. Seront en particulier développés la manipulation des bases de données, les statistiques descriptives, les tests statistiques de base, les régressions linéaires et les régressions sur variables qualitatives. Des rappels de statistique et d’économétrie seront effectués, mais ce cours ne remplace pas un cours de statistique et/ou d’économétrie. En dehors du logiciel SPSS, le cours permettra aux étudiants de connaître le fonctionnement d’un logiciel de statistiques et donc de s’adapter aux autres logiciels disponibles sur le marché. L’ensemble des séances est réalisé en salle informatique.

Plan du cours

Cours 1 : Introduction et fonctionnalités d’un logiciel de statistiques

Cours 2 : Manipulation des bases de données

Cours 3 : Statistiques descriptives : indicateurs et graphiques

Cours 4 : Régressions linéaires simples et multiples

Cours 5 : Régression avec variables à expliquer qualitatives

Cours 6 : Tester la validité des résultats

Références bibliographiques

En statistique et économétrie :

  • Bourbonnais, Régis. 2015. Econométrie, 9e édition. Editions Dunod, Paris.
  • Bressoux, Pascal. 2010. Modélisation statistique appliquée aux sciences sociales. De Boeck Supérieur, Louvain-La-Neuve.
  • Husson, François, Pagès, Jérôme. 2005. Statistiques générales pour utilisateurs. 2. Exercices et corrigés. Presses Universitaires de Rennes, Rennes.
  • Pagès, Jérôme. 2005. Statistiques générales pour utilisateurs. 2. Exercices et corrigés. Presses Universitaires de Rennes, Rennes. Pour SPSS, un exemple d’ouvrage utile :
  • Malhotra, Naresh. 2014. Études Marketing. Pearson France.

Modalités de contrôle des connaissances

Contrôle continu : Projet en binôme et contrôle sur ordinateur (1 heure)

Évaluation finale : Examen de 2 heures sur ordinateur

Les données : épistémologie et méthode

À venir

UE3 : Langue et Expression écrite et orale I

Anglais I

Sophie BENISTI

Enseignante EILA LANSAD

 

Objectifs pédagogiques

  • Aboutir à une maîtrise des temps grammaticaux de la langue anglaise et du génie mécanique de sa syntaxe.
  • Aboutir à une prononciation et une accentuation exactes des phonèmes anglais par un travail de répétition et de compréhension en profondeur de la logique de la langue anglaise.
  • Asseoir une maîtrise des mots de liaison qui garantissent une expression et une prise de parole fluidifiée (accordailles, inde, et, as and henné, prostaglandine, haka,…).
  • Mettre en place un travail d’échanges en petits groupes. La clef de l’expression réside pour une grande part dans la désinhibition à la prise de parole. C’est un objectif majeur et à part entière.
  • Être en mesure de comprendre un texte semi-complexe à complexe et son contenu général pour en faire un compte-rendu fluide et n’omettant pas le cœur de cible du message.
  • Être en mesure de s’exprimer aussi naturellement que possible en langue anglaise sur des thèmes d’actualité et du quotidien, forts d’une accentuation et d’une prononciation adéquates en fonction du niveau de chacun des étudiants, acteurs d’un groupe collégial d’expression orale.

Plan du cours

  • Une remise à niveau générale et compréhensive des temps grammaticaux de la langue anglaise et du génie mécanique de sa syntaxe. Cours théoriques.
  • Travail en petits groupes sur ordinateur ou téléphones portables avec entraide de chacun pour réaliser des exercices de grammaire relatifs aux temps grammaticaux de la langue anglaise. Ce travail collaboratif rend la tâche plus ludique, moins invalidante pour les moins bons, plus valorisantes pour les meilleurs et a l’avantage majeur de fonder un climat de confiance général propice à la prise de parole et ses incontournables erreurs sans en ressentir ‘une honte’ qui paralyse toute expression.
  • Apprentissage par cœur avec contrôle de connaissances des mots de liaison (podcasting tords)
  • Analyse collégiale d’un texte complexe Travail sur la prononciation, l’accentuation, le thème principal et le choix d’un terme, d’une tournure plutôt qu’un ou une autre. La langue dans ses implications.
  • Textes à étudier émanant de la presse anglaise et américaine (principalement) qui traitent de sujets d’actualité mais également de textes fondateurs pour en analyser la complexité et la finesse de la syntaxe, de la sémantique et des partis pris d’expression (speeches) 
  • Flood staknings: prise de parole sur un format de sept à dix minutes
  • Correction des fautes de langue majeures. Echanges collégiaux et informels autour du thème traité.
  • Suite et fin des FLOOR TAKINGS
  • Entretien professionnel et mise en situation. Pitching and story-telling
  • Correction des fautes de langue majeures. Echanges collégiaux et informels. Retour sur  la pertinence et la force de conviction des mises en situation en vue d’une embauche.
  • Séance de clôture: Open PC. Les étudiants défilent au PC et passe à leur camarades de promotion un extrait vidéo de leur choix, de thème varié, qu’il soit culturel, sociétal ou attaché à leur domaine de compétence qui leur « parle ». Il expose les raisons de leur choix en langue anglaise. 2 minutes d’extraits, 2 minutes d’échanges.
Expression écrite et orale I

 

Nicole AZOULAY

Maître de Conférences

Université Paris-Diderot

 

Sandrine Berroir

Maître de Conférences

Université Paris-Diderot

Objectifs pédagogiques

L’objectif de cet enseignement se décompose en trois moments parallèles :

  • Renforcer les capacités de synthèse et de rédaction en dégageant le message essentiel, en choisissant un plan, en transmettant l’information dans un langage précis et adapté
  • Acquérir plus d’autonomie, de rapidité et d’aisance en prenant du recul, en enrichissant son vocabulaire, en s’attachant au style, en retenant l’attention, en laissant la place à l’imagination
  • Approfondir les connaissances des règles de la langue française en matière de vocabulaire, d’orthographe et de grammaire et en connaissant les outils disponibles.

Plan du cours

  1. Introduction : données statistiques sur la lecture et la mémorisation (l’empan de lecture) ; pourquoi écrit-on ? ; exercices d’enrichissement du vocabulaire
  2. Le message essentiel, sa restitution : préparation de l’interview ; prise de notes ; rédaction ; restitution orale avec grille de lecture des attitudes ; synthèses de textes
  3. La « tarte » des informations, l’arborescence ; la hiérarchisation ; l’angle, le plan en pyramide inversée ; exercices de réécritures synthétiques
  4. La phrase, rythme, longueur ; le style, verbes creux, synonymes, niveaux de langue ; exercices de simplification et de précision de la phrasee » » » » » » » » » » » » » » » » » » »
  5. Deux exercices récapitulatifs de réécriture notés
  6. L’écriture libre ; la description et les cinq sens ; imaginer une histoire cohérente à partir de mots aléatoires et assonants (logorallye)
  7. Règles d’écriture : ponctuation ; coupure des mots ; abréviations ; usage des majuscules ; exercices correspondants.

Contrôle des connaissances

Moyenne à partir de deux travaux sur table récapitulatifs + note globale de participation.

Bibliographie de base

Perrat P., Libérer son écriture et enrichir son style, CFPJ Editions.

Perrat P., Ecrire à clichés fermés, CFPJ Editions.

Kaddour H., Inventer sa phrase, Editions Victoire, 2007.

Cameron J., Libérez votre créativité, Editions J’ai lu.

Une bibliographie plus complète est distribuée en cours

 

 

UE4 : Enseignements thématiques

Obligatoire :

Les données numériques
À venir

Deux au choix parmi :

Analyse de la conjoncture et prévisions

Éric MAGNIN

Maître de Conférences en sciences économiques

Université Paris-Diderot

Objectif pédagogique

L’objectif de ce cours est d’initier les étudiants à l’analyse conjoncturelle. Il ne s’agit pas de former à ce stade des praticiens de l’analyse de la conjoncture mais de permettre aux étudiants de comprendre les notes de conjoncture rédigées par les organismes spécialisés et surtout de construire leurs propres analyses conjoncturelles à partir des données d’un trimestre, d’un semestre ou d’une année.

Plan du cours

I – Introduction : définition et histoire de l’analyse conjoncturelle

II – L’analyse de la croissance

III – Le comportement des ménages

IV – Le comportement des entreprises

V – L’environnement international

Bibliographie de base

  • CLING J.P., L’analyse de la conjoncture, coll. Repères, La Découverte, 1990.
  • FAYOLLE J., Pratique contemporaine de l’analyse conjoncturelle, Economica 1987.
  • JOBERT T. et TIMBEAU X. L’analyse de la conjoncture, coll. Repères, La Découverte, 2011.
  • VAZQUEZ M. (dir.), La conjoncture : des indicateurs aux politiques économiques, La Documentation française, 2002.

 

Organisations et institutions
azoulay

Nicole AZOULAY

Maître de Conférences en Économie

Université Paris-Diderot

Objectifs pédagogiques

Le cours présente les théories économiques portant sur les organisations et les institutions. L’accent est mis sur la firme en tant qu’organisation spécifique, les relations firmes/marchés et les configurations organisationnelles spécifiques de type réseau de firmes. La recherche d’efficacité économique et la problématique de l’évolution invitent à appréhender les institutions, dans une approche comparative qui permet de déboucher sur la question centrale de la variété du capitalisme. Les diverses théories sont étudiées dans leurs relations réciproques, en soulignant le rôle du contexte de leur développement.

Plan du cours

  1. Introduction
  2. Organisations et firmes
    • Les théories standard de la firme
    • La théorie des coûts de transaction
    • L’évolutionnisme et la théorie des organisations : Nelson et Winter
    • Les théories de l’apprentissage organisationnel
    • La variété des configurations organisationnelles
  3. Institutions et Organisations
    • L’économie institutionnelle de la fin du 19ème siècle aux années 30
    • La nouvelle économie institutionnelle : les travaux de D. North
    • La  Théorie de la Régulation
    • La théorie des conventions
  4. Conclusion : la problématique de la variété du capitalisme

Contrôle des connaissances

Note d’étude et de préparation des dossiers de texte pour chaque séance (25 % de la note finale), réalisation d’une note de synthèse (25 %), examen final (50 %).

Bibliographie de base

Chavance, B. (2012), L’économie institutionnelle, Paris, La Découverte, 2e ed., « Repères ».

Corei,T.,(1995), L’économie institutionnaliste. Economica, «Economie poche».

Coriat, B.,Weinstein, O. (1995), Les nouvelles théories de l’entreprise, Hachette, Livre de poche ».

Ménard, C. (2012), Economie des organisations, Paris, La Découverte, 3e ed., « Repères ».

Saussois, J.-M. (2007), Théories des organisations, Paris, La Découverte, 2e ed., « Repères ».

Socio-économie de la consommation

Philippe MOATI

Professeur en Économie

Université Paris-Diderot

Objectifs pédagogiques

Aborder les différentes facettes de la consommation (macro, micro), selon différents angles disciplinaires (économie, sociologie, marketing, psychologie économique).

Plan du cours

  1. L’approche de la consommation des ménages par la comptabilité nationale
  2. La structure du budget des ménages
  3. Les déterminants des comportements de consommation
  4. Les comportements d’achat
  5. Consommation et bien-être

Bibliographie de base

  • Benoît Heilbrunn, La consommation et ses sociologies, Armand Colin, 128 Sociologie, 2005.
  • Joël Brée, Le comportement du consommateur, Dunod, Les topos, 2004.
  • Michael Solomon, Comportement du consommateur, 6ème édition, Pearson Education, 2004.
  • Gilles Lipovetsky, Le bonheur paradoxal, Gallimard, 2006.
  • Philippe Moati, La société malade de l’hyperconsommation, Odile Jacob, 2016.
  • Philippe Moati, Robert Rochefort, Mesurer le pouvoir d’achat, la Documentation Française, 2008.
Management stratégique
rizopoulos

Yorgos RIZOPOULOS

Professeur en Économie

Université Paris-Diderot

Objectifs pédagogiques

Introduire les éléments d’une démarche stratégique, expliciter ses fondements théoriques, maîtriser les outils analytiques, étudier la constitution d’un avantage concurrentiel durable et présenter les conditions d’expansion stratégique. Insister en particulier sur l’ambivalence des relations de l’entreprise avec son environnement, les comportements adaptatifs et/ou proactifs, les liens entre facteurs internes et externes, la formalisation des buts stratégiques, les contraintes structurelles de la concurrence, le diagnostic stratégique et les mouvements et modalités d’action stratégique.

Plan du cours

1. Les fondements théoriques: évolution de la pensée stratégique, types de relations avec l’environnement, impact des relations intra-organisationnelles, décision et rationalité, finalités et formalisation des objectifs stratégiques. 2. Structures et acteurs: définition du champ concurrentiel, facteurs clés de succès, degré de maturité, barrières à l’entrée et à la mobilité, rapports de force concurrentiels, groupes stratégiques. 3. Outils d’analyse et d’évaluation: matrices d’évaluation du portefeuille d’activités, chaîne de valeur. 4. Stratégies business et corporate : options stratégiques de base, intégration verticale et horizontale, croissance interne et externe, coopération et alliances, stratégies technologiques, internationalisation. 5. Etudes de cas

Contrôle des connaissances

Travail en groupe sur les études de cas (50 %) + Examen terminal (50 %)

Bibliographie de base

Crozier M., Friedberg E. : L’acteur et le système, Seuil, 1977. Dussauge P., Ramanantsoa B. : Technologie et stratégie d’entreprise, McGraw Hill, 1987. Garrette B., Dussauge P. : Les stratégies d’alliance, Les Editions d’Organisation, 1995. Helfer J.-P., Kalika M., Orsoni J.: Management stratégique, Vuibert, 2013, 9e édition. Joffre P., Köenig G. : Gestion stratégique, Management & Société Eds., 1999. Lemaire J.-P. : Stratégies d’internationalisation, Dunod, 1997. March J., Simon H. : Les organisations, Dunod, 1991. Mintzberg H. Grandeur et décadence de la planification stratégique, Dunod, 2004. Porter M.: Choix stratégiques et concurrence, Economica, 1985. Porter M. : L’avantage concurrentiel, Intereditions, dernière édition, 1999. Rojot J. : Théorie des organisations, ESKA, 2003. STRATEGOR : Stratégie, structure, décision, identité, 6e édition, Dunod, 2013.

Droit de l'urbanisme
Fourmond

Sylvain FOURMOND

Maître de Conférences en Droit

Université Paris-Diderot

Objectifs pédagogiques

  • Sensibiliser au droit
  • Donner les principes fondamentaux du droit de l’urbanisme
  • Mettre en situation

Plan du cours

1 – Fondamentaux du droit :

  • Définition du droit
  • Les différentes branches du droit
  • Les différentes règles de droit
  • L’organisation des règles de droit
  • L’ordre juridique et le principe de libre administration
  • L’organisation de la justice

2 – Les principes fondamentaux du droit de l’urbanisme :

  • Définition du droit de l’urbanisme
  • La planification urbaine
  • Les différents documents d’urbanisme
  • La hiérarchie des documents d’urbanisme
  • Les autorisations d’urbanisme
  • Eléments d’urbanisme opérationnel

3 – Cas pratique sur le réaménagement d’une ville fictive

Contrôle des connaissances

50 % contrôle continu : préparation du cas pratique

50 % examen terminal : soutenance du cas pratique

Références bibliographiques

Henri Jacquot, François Priet, 2015, Droit de l’urbanisme, Dalloz, 6e édition

Philippe Jestaz, 2014, Le droit, Dalloz, Connaissance du droit, 8e édition

Philippe Godfrin, 2012, Droit administratif des biens, Sirey, LMD, 10e édition

Christian Atias, 2014, Droit civil : les biens, Lexisnexis Manuels, 12e édition

Évaluez cet enseignement

[wpsqt name= »Évaluation Droit Urbanisme » type= »survey »] [/two_third]

 

 

 

Politiques d'aménagement et de développement territorial : du local à l'Europe

 

Dominique RIVIÈRE

Professeur de géographie

Université Paris-Diderot

santamaria

Frédéric SANTAMARIA

Maître de conférences – HDR en aménagement

Université Paris-Diderot

Objectifs pédagogiques

L’objectif de l’enseignement est de proposer une vue d’ensemble de l’intervention en matière d’aménagement dans le cas de la France. Cela passe à la fois par une connaissance de la situation nationale à cet égard mais également par les modalités d’intervention de l’Union européenne sur le territoire français dans ce domaine.

Plan du cours

  1. De l’aménagement du territoire à l’aménagement des territoires :
    • Définitions : aménagement et développement local
    • Principales évolutions
  2. Le système français d’aménagement du niveau national au niveau local :
    • Organisation institutionnelle et territoriale,
    • Cadres et moyens d’action
  3. Les politiques de l’État en matière d’aménagement (dont politique de la ville)
  4. L’Europe comme cadre et comme acteur :
    • Politique régionale de l’UE, outils juridiques (directives, contrôle des aides aux entreprises…), outils politiques (stratégies, politiques sectorielles…), outils opérationnels (GIZC…)
    • Les articulations d’échelles et d’acteurs du local à l’Europe

Références bibliographiques

  • DESJARDINS X., GENAU DE LAMARLIÈRE I. (dir.), 2016, L’aménagement du territoire en France, La Documentation française, Paris, 183 p.
  • DREVET J.-F., 2008, Histoire de la politique régionale, Belin, Paris, 285 p.
  • ELISSALDE B., SANTAMARIA F., 2008, Lexique de l’aménagement du territoire européen, Lavoisier, Paris, 249 p
  • LACOUR Cl., DELAMARRE A., THOIN M. 2015, 50 ans d’aménagement du territoire, La Documentation française, Paris, 161 p
  • SANTAMARIA F., 2017, « La solidarité entre les territoires européens : la politique de cohésion de l’Union européenne », in Géopolitique de L’Europe (Elissalde B., dir.), Nathan, Paris, pp. 148-16
  • SANTAMARIA F., 2017, « L’aménagement à l’échelle européenne », in Géopolitique de L’Europe (Elissalde B., dir.), Nathan, Paris, pp. 168-182
  • SUBRA Ph., 2014 (4e éd.), Géopolitique de l’aménagement du territoire, A. colin, Paris. 

 Modalités de contrôle des connaissances

  • Contrôle continu : dossier de presse et une note de lecture  (50 %)
  • Examen : 50 %

 

Finances locales

Christine BRÉMOND

Directrice du pôle intercommunalités

Mairie Conseils

Objectifs pédagogiques

Permettre aux étudiants de se familiariser avec les finances des collectivités, repérer les principaux acteurs, les outils, l’enchaînement des décisions à prendre au cours d’une année budgétaire, comprendre les marges de manœuvre avec les recettes fiscales et financières et maîtriser la démarche de diagnostic financier.

Plan du cours

  • Les différentes catégories de collectivités locales, bilan de l’avancée du bloc local avec la montée en puissance de l’intercommunalité à fiscalité propre.
  • Les outils budgétaires, les acteurs, les délais, le contenu du budget : dépenses / recettes
  • Les moyens financiers : la fiscalité locale : les quatre taxes leurs mécanismes de calcul et réformes en cours
  • La réforme de la Taxe professionnelle et la péréquation mise en place notamment le FPIC
  • Les dotations de l’État : la DGF et ses évolutions au niveau des masses financières et des modalités de calcul
  • Le financement de l’investissement dont la situation de la dette des collectivités
  • L’analyse financière : méthode et sélection des critères d’analyse.

Le cours s’appuie sur de nombreux exemples.

Références bibliographiques

  • BIDART M.-Th., MOREAU J.-Ch., 2006, La comptabilité des communes, Berger Levrault, Paris
  •  BREMOND Ch., 1992, La solidarité financière intercommunale : partage ou mise en commun de la taxe professionnelle, Syros-Alternatives, Paris
  •  ROBERT F., 2009, Les finances locales, La documentation française, Paris
  •  DOSIERE R. HOORENS D., ANATHARAMAN B., 2008, La communes et ses finances, Éditions Le Moniteur, Pari
  •  MONTAIN DOMENACH J., BREMOND Ch., 2007, Droit des collectivités locales, Presses universitaires de Grenoble, Grenoble
  •  DURET J.-L., HOORENS D., KLOPFER M., LAURENT P., PHELEP A., TAHERI F., 2005, Ressources des collectivités locales, Dexia, Paris

Modalités de contrôle des connaissances

Un sujet relatant un contexte financier à analyser et une question portant sur la transposition pour les collectivités (sujet permettant demandant une capacité d’analyse et de réflexion prospective)

UE5 : Mémoire de recherche ou mémoire de stage I

Mémoire de recherche ou mémoire de stage 1
À venir

Semestre 2

UE6 : Approches thématiques du changement

Obligatoire :

Système d'information et entreprise
François HOANG Consultant SI

Objectifs pédagogiques

Les SI sont devenus incontournables dans l’entreprise du XXIe siècle et la maîtrise des technologies de l’information sont un élément indispensable au succès. L’objectif du cours est de :

  • Fournir une culture SI aux étudiants et comprendre les différentes interactions avec les autres fonctions de l’entreprise
  • Transmettre les clés de compréhension d’un système d’information et identifier les transformations engendrées par le SI dans l’entreprise
  • Décrire les différents blocs modulaires qui composent un SI dans une entreprise (gestion de projet, sécurité, infrastructures,…)
  • Illustrer ces différents concepts avec des cas pratiques et exemples concrets liées à des problématiques d’entreprise.

Plan du cours

  1. Introduire le système d’information d’entreprise
  2. Les infrastructures des SI (architecture et réseaux)
  3. La sécurité du SI
  4. Le SI au quotidien : processus, métiers et prises de décision
  5. Gestion de projet SI & e-commerce
  6. La Qualité au service du SI
  7. La conduite du changement
  8. Les métiers de l’informatique

Bibliographie de base

  • Kenneth & Jane Laudon : Management des système d’information, Pearson, 11e édition, 2011
  • Yves Caseau : Le SI démystifié, Dunod, 2012
  • Olivier Englender & Sophie Fernandes : Manager un projet informatique, Eyrolles, 2012
  • Véronique Messager : Coacher une équipe agile, Eyrolles, 2012
  • Mary Beth Chrissis, Mike Konrad & Sandy Shrum : CMMI pour le développement, Pearson, 3e édition, 2011
  • Bruno Legeard, Fabrice Bouquet & Natacha Pickaert : Industrialiser le test fonctionnel, Dunod, 2009

Deux au choix parmi :

Activités et territoires

Philippe MOATI

Professeur d’Économie

Université Paris-Diderot

Objectifs pédagogiques

Fournir les clés, théoriques et empiriques, de compréhension des transformations contemporaines de la géographie économique, en privilégiant l’angle des relations des firmes aux territoires. Décrire les modalités de l’intervention publique sur les territoires et l’évolution de la doctrine et des pratiques en matière d’aménagement du territoire et de développement local.

Plan du cours

  • Les grandes tendances de la géographie économique
  • Les approches théoriques de la localisation des entreprises et des activités
  • La problématique de la localisation dans l’économie contemporaine
  • Les systèmes productifs localisés
  • Les politiques publiques sur les activités et les territoires

Bibliographie

  • BOST F. [2014], La France : mutations des systèmes productifs, CNED/SEDES.
  • CARROUE L. [2014], La France : les mutations des systèmes productifs, Armand Collin, coll. Géographie.
  • CROZER M., LAFOURCADE M. [2009], La nouvelle économie géographique, La Découverte, coll. « Repères ».
  • DAVEZIES L. [2012], La crise qui vient. La nouvelle fracture territoriale, Seuil, La République des Idées, Paris. 
  • GUILLUY C. [2014], La France périphérique. Comment on a sacrifié les classes populaires, Flammarion, Paris.
  • MOUHOUD E.M. [2013], Mondialisation et délocalisation des entreprises, La Découverte, coll. « Repères ».
  • MORVAN Y. [2004], Activités économiques et territoires : changement de décors, Ed. de l’Aube. 
  • VELTZ P. [2012], Paris, France, Monde. Repenser l’économie par le territoire, La Tour d’Aigues. Editions de l’Aube. 
  • VELTZ P. [2017], La société hyper-industrielle. Le nouveau capitalisme productif, Paris, Seuil, La République des Idées.
Villes, inégalités et justice socio-spatiale

Florence NUSSBAUM

A.T.E.R. en Géographie

Université Paris Diderot

H

Jean-Christophe FRANÇOIS

Maître de Conférences en Géographie

Université Paris Diderot

 

Cet enseignement vise à familiariser les étudiants avec les principaux débats sur les inégalités intra-urbaines (gentrification, « droit à la ville », splintering urbanism et fragmentation spatiale, ségrégation urbaine, polarisations spatiales liées au développement économique local, mixité sociale…). Ces questions sont considérées dans les villes du Nord essentiellement et présentées à travers des exemples concrets. Il vise à permettre aux étudiants de se constituer une culture générale sur les différentes manières dont sont abordées et débattues les questions d’inégalités et de justice sociale en ville, notamment dans les cercles décisionnels.

Plan du cours

  • La division sociale de l’espace
  • Le rôle du logement dans la fabrique des inégalités
  • Inégalités scolaires et ségrégation urbaine
  • Inégalités de santé et d’accès aux soins
  • Les formes spatiales de la ségrégation (ghettos américains, banlieues françaises)
  • Ségrégation, entre-soi et mixité urbaine
  • Effets de quartiers, spatial mismatch et mobilité
  • Genre et justice socio-spatiale
  • La gentrification : débats théoriques

Contrôle des connaissances

  • Un exposé sur un article scientifique lié aux thèmes du cours
  • Un devoir sur table portant sur le cours

Bibliographie

  • BRUN J., RHEIN C. (dir.), 1994, La ségrégation dans la ville, l’Harmattan.
  • CHAMBOREDON J.C., LEMAIRE M., 1970, « Proximité spatiale et distance sociale », in Revue Française de Sociologie, n° XI, n°1, p. 3-33.
  • DONZELOT J. (dir.), 2012, A quoi sert la rénovation urbaine ?, Paris, PUF, La ville en débat.
  • FOL S., 2009, La mobilité des pauvres. Pratiques d’habitants et politiques publiques, Paris, Belin Mappemonde.
  • LEHMAN-FRISCH Sonia, 2009, « La ségrégation : une injustice spatiale ? Questions de recherche », Annales de géographie, n° 665-666, p. 94-115
  • NAVEZ-BOUCHANINE F., 2002, La fragmentation en question : des villes entre fragmentation spatiale et fragmentation sociale, Paris, L’Harmattan.
Développement durable
petia

Petia KOLEVA

Maître de Conférences en Économie

Université Paris-Diderot

Objectifs pédagogiques

Permettre  aux  étudiants  de  cerner  les  principaux  enjeux  économiques  et territoriaux du développement durable. Analyser de façon critique les outils et les acteurs impliqués à travers l’étude de cas concrets de mise en application des principes du développement durable à différentes échelles (locale, nationale, globale).

Plan du cours

Introduction :

  1. Le constat d’une interdépendance globale
  2. Historique du développement durable

Partie I. Stratégies d’entreprises et développement durable

  1. Aux origines de la RSE
  2. Modèles comparées de RSE
    • Modèle anglo-saxon/modèle européen
    • La RSE est-elle réservée aux pays développés ?
  3. RSE et développement durable : entre le discours et la pratique

Partie II. Approches économiques et territoriales du développement durable

  1. Évolution de la pensée économique en relation avec le développement durable
  • Les économistes classiques
  • Les économistes  néoclassiques
  • L’apport de l’économie du développement
  • Durabilité « faible »/durabilité «forte »
  • Le débat sur la décroissance
  1. Le développement durable : enjeux globaux, actions locales
  • La prise en compte des territoires
  • Territoires pertinents de l’action : dimensions et limites

Partie III. Les politiques du développement durable

  1. Les politiques économiques
  • La fiscalité « verte »
  • La privatisation de l’environnement
  1. Action publique et participation
  2. Les politiques reposant sur les démarches volontaires
  • Les codes de conduite
  • La certification
  • La labellisation

Bibliographie de base

  • Capron  M.,  Quairel-Lanoizelée,  La responsabilité sociale d’entreprise, La Découverte, collection « Repères », 2010.
  • Mancebo  F.,  Le développement durable,  Armand  Collin,  collection  «  U  Géographie  »,  2ème édition, 2010.
  • Reynaud  E.,  Depoers  F.,  Gauthier  C.,  Gond  J.-P.,  Schneider-Manoury  G.  (2011)  Le développement durable au cœur de l’entreprise, Dunod, 2ème édition.
Les débats dans la pensée économique au XXe siècle

Irène BERTHONNET

Maître de conférence (LADYSS, Université Paris Diderot)

Objectifs pédagogiques

Connaissances de base sur les théories économiques modernes, capacité à replacer les analyses et les controverses dans leur contexte historique, sensibilité à la variété des approches de l’économie en général.

Plan du cours

  1. Introduction et rappel HPE avant Keynes
  2. L’économie néoclassique au 20e siècle
  3. Keynes et la synthèse
  4. Les post-keynésiens
  5. L’économie autrichienne
  6. La contre-révolution libérale
  7. Les hétérodoxies du 20e siècle

Bibliographie de base

BASLÉ et al., Histoire des pensées économiques, vol. 2, Sirey, « Les contemporains », 1993

BEAUD et DOSTALER, La pensée économique depuis Keynes, Paris Seuil, 1996.

BERAUD et FACCARELLO, dir., Nouvelle histoire de la pensée économique, vol. 3, Des institutionnalistes à la période contemporaine, La Découverte, 2000.

Modalités de contrôle

Contrôle continu = fiche de lecture (50% note finale) Examen final = dissertation (50% note finale)

UE7 : Méthodologie II

Méthodologie de la recherche, des études et du conseil II
santamaria

Frédéric SANTAMARIA

Maître de conférences – HDR en aménagement

Université Paris-Diderot

berroir

Sandrine BERROIR

Maître de conférences en géographie

Université Paris-Diderot

azoulay

Nicole AZOULAY

Maître de conférences en économie

Université Paris-Diderot

simonet 

Jean SIMONET

Consultant indépendant

H

William OUAKI 

Président/Gérant, Ares Bridge Over Research)

Objectifs pédagogiques

Cet enseignement présente les éléments généraux de méthodologie de la recherche et des études, les grands courants de pensées en sciences humaines et sociales ainsi que les métiers auxquels préparent le master. Il aide les étudiants dans l’élaboration de leurs mémoires de recherche ou de stage. Il permet aux étudiants de réfléchir à leur orientation académique et professionnelle.

Plan du cours

  • Méthodologie générale de la recherche en sciences humaines et sociales
  • Les courants de pensées en sciences humaines et sociales
  • Méthodologie du mémoire de recherche et du mémoire de stage
  • Présentation des métiers des études et du conseil

Références bibliographiques

  • DOSSE François, 1995, L’empire du sens. L’humanisation des sciences humaines, La Découverte, Paris, 432 p.
  • GUIBERT Joël, JUMEL Guy, 1997, Méthodologie des pratiques de terrain en sciences humaines et sociales, Armand Colin, Paris, 216 p.
  • MESURE Sylvie, SAVIDAN Patrick (dir.), 2006, Le dictionnaire des sciences humaines, PUF, Paris, 1 277 p.
  • QUIVY Raymond, VAN CAMPENHOUDT Luc, 2011, Manuel de recherche en sciences sociales, Dunod, Paris, 256 p.

Modalités de contrôle des connaissances

Examen final uniquement

Statistiques bivariées appliquées et visualisation statistique et cartographie sous R
À venir

UE8 : Langue et Expression écrite et orale II

Anglais II

Sophie BENISTI

Enseignante EILA LANSAD

 

Objectifs pédagogiques

  • Aboutir à une maîtrise des temps grammaticaux de la langue anglaise et du génie mécanique de sa syntaxe.
  • Aboutir à une prononciation et une accentuation exactes des phonèmes anglais par un travail de répétition et de compréhension en profondeur de la logique de la langue anglaise.
  • Asseoir une maîtrise des mots de liaison qui garantissent une expression et une prise de parole fluidifiée (accordailles, inde, et, as and henné, prostaglandine, haka,…).
  • Mettre en place un travail d’échanges en petits groupes. La clef de l’expression réside pour une grande part dans la désinhibition à la prise de parole. C’est un objectif majeur et à part entière.
  • Être en mesure de comprendre un texte semi-complexe à complexe et son contenu général pour en faire un compte-rendu fluide et n’omettant pas le cœur de cible du message.
  • Être en mesure de s’exprimer aussi naturellement que possible en langue anglaise sur des thèmes d’actualité et du quotidien, forts d’une accentuation et d’une prononciation adéquates en fonction du niveau de chacun des étudiants, acteurs d’un groupe collégial d’expression orale.

Plan du cours

  • Une remise à niveau générale et compréhensive des temps grammaticaux de la langue anglaise et du génie mécanique de sa syntaxe. Cours théoriques.
  • Travail en petits groupes sur ordinateur ou téléphones portables avec entraide de chacun pour réaliser des exercices de grammaire relatifs aux temps grammaticaux de la langue anglaise. Ce travail collaboratif rend la tâche plus ludique, moins invalidante pour les moins bons, plus valorisantes pour les meilleurs et a l’avantage majeur de fonder un climat de confiance général propice à la prise de parole et ses incontournables erreurs sans en ressentir ‘une honte’ qui paralyse toute expression.
  • Apprentissage par cœur avec contrôle de connaissances des mots de liaison (podcasting tords)
  • Analyse collégiale d’un texte complexe Travail sur la prononciation, l’accentuation, le thème principal et le choix d’un terme, d’une tournure plutôt qu’un ou une autre. La langue dans ses implications.
  • Textes à étudier émanant de la presse anglaise et américaine (principalement) qui traitent de sujets d’actualité mais également de textes fondateurs pour en analyser la complexité et la finesse de la syntaxe, de la sémantique et des partis pris d’expression (speeches) 
  • Flood staknings: prise de parole sur un format de sept à dix minutes
  • Correction des fautes de langue majeures. Echanges collégiaux et informels autour du thème traité.
  • Suite et fin des FLOOR TAKINGS
  • Entretien professionnel et mise en situation. Pitching and story-telling
  • Correction des fautes de langue majeures. Echanges collégiaux et informels. Retour sur  la pertinence et la force de conviction des mises en situation en vue d’une embauche.
  • Séance de clôture: Open PC. Les étudiants défilent au PC et passe à leur camarades de promotion un extrait vidéo de leur choix, de thème varié, qu’il soit culturel, sociétal ou attaché à leur domaine de compétence qui leur « parle ». Il expose les raisons de leur choix en langue anglaise. 2 minutes d’extraits, 2 minutes d’échanges.
Expression écrite et orale II

 

Nicole AZOULAY

Maître de Conférences

Université Paris-Diderot

 

Sandrine Berroir

Maître de Conférences

Université Paris-Diderot

Objectifs pédagogiques

L’objectif de cet enseignement se décompose en trois moments parallèles :

  • Renforcer les capacités de synthèse et de rédaction en dégageant le message essentiel, en choisissant un plan, en transmettant l’information dans un langage précis et adapté
  • Acquérir plus d’autonomie, de rapidité et d’aisance en prenant du recul, en enrichissant son vocabulaire, en s’attachant au style, en retenant l’attention, en laissant la place à l’imagination
  • Approfondir les connaissances des règles de la langue française en matière de vocabulaire, d’orthographe et de grammaire et en connaissant les outils disponibles.

Plan du cours

  1. Introduction : données statistiques sur la lecture et la mémorisation (l’empan de lecture) ; pourquoi écrit-on ? ; exercices d’enrichissement du vocabulaire
  2. Le message essentiel, sa restitution : préparation de l’interview ; prise de notes ; rédaction ; restitution orale avec grille de lecture des attitudes ; synthèses de textes
  3. La « tarte » des informations, l’arborescence ; la hiérarchisation ; l’angle, le plan en pyramide inversée ; exercices de réécritures synthétiques
  4. La phrase, rythme, longueur ; le style, verbes creux, synonymes, niveaux de langue ; exercices de simplification et de précision de la phrasee » » » » » » » » » » » » » » » » » » »
  5. Deux exercices récapitulatifs de réécriture notés
  6. L’écriture libre ; la description et les cinq sens ; imaginer une histoire cohérente à partir de mots aléatoires et assonants (logorallye)
  7. Règles d’écriture : ponctuation ; coupure des mots ; abréviations ; usage des majuscules ; exercices correspondants.

Contrôle des connaissances

Moyenne à partir de deux travaux sur table récapitulatifs + note globale de participation.

Bibliographie de base

Perrat P., Libérer son écriture et enrichir son style, CFPJ Editions.

Perrat P., Ecrire à clichés fermés, CFPJ Editions.

Kaddour H., Inventer sa phrase, Editions Victoire, 2007.

Cameron J., Libérez votre créativité, Editions J’ai lu.

Une bibliographie plus complète est distribuée en cours

 

 

UE4 : Enseignements thématiques

Obligatoire :

Analyse multivariée
À venir

Deux au choix parmi :

Analyse financière de l'entreprise

Yves Soulabail

Enseignant-Chercheur, Chef d’entreprise

Objectifs pédagogiques 

Permettre aux étudiants de se familiariser avec les principes de l’analyse financière des organisations privées, comprendre les enjeux du développement des structures, savoir utiliser les principaux outils de calcul de rentabilité, savoir établir un budget, comprendre les marges de manœuvre et maitriser la démarche de diagnostic financier. Cet enseignement utilise donc les principes de base de la comptabilité générale et facilite la compréhension les documents de synthèse tout en mettant en perspective les décisions de l’entrepreneur avec ses implications comptables. Cet enseignement permet notamment de :

  • comprendre le fonctionnement d’un bilan et d’un compte de résultat
  • acquérir les principes de la comptabilité en partie double
  • acquérir les principes des comptes, du journal, du grand livre et de la balance
  • acquérir les principes d’imputation des principaux comptes
  • acquérir la notion de seuil de rentabilité

Plan du cours

  • Les principes de base de la structure des documents de synthèse
  • Introduction à la comptabilité générale
  • Les sources légales et réglementaires de l’organisation comptable
  • L’organisation des travaux comptables (journal, grand livre, balance)
  • L’enregistrement comptable
  • Du bilan d’ouverture à la saisie des éléments de fermeture de l’exercice comptable
  • Calcul du seuil de rentabilité

Références bibliographiques

  • Grandguillot B., Grandguillot F., Analyse Financière, Gualino Éditeur, 2015/2016.
  • Marion A., Analyse financière. Concepts et méthodes, Dunod, 2015.
  • Salva M. Comprendre l’analyse financière. Une méthode d’apprentissage pour tous les acteurs de l’entreprise, Vuibert, 2016.
  • Hutin H. et al., Toute la finance, Eyrolles, 2010.

Modalités de contrôle des connaissances

Un sujet relatant un contexte financier réel à analyser dans le cadre d’une activité privée (le sujet vise à valider la compréhension de la méthode d’analyse comme des questions inhérentes au contexte de l’organisation étudiée)

Marketing

Objectifs pédagogiques

Conjonction de théorie, d’exemples, d’exercices pendant le cours en sous-groupe et de lectures ou recherches entre 2 cours.

Plan du cours

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bibliographie de base

EN FRANCAIS

MERCATOR- Lendrevir, Lévy, Lindon – Editions Dunod – 55 euros o http://www.mercator-publicitor.fr/Lexique-du-marketing-livre-Mercator-Dunod-Editeur

KOTLER Philip & DUBOIS Bernard Marketing management, Publi-union

VANDERCAMMEN Marc Recherche marketing, De Boeck Université

MARKETING LES CONCEPTS CLEFS – S. Martin & J.Pierre Védrine – Les éditions des organisations o http://cours-gestion.com/principaux-concepts-cles-marketing/

Naomi Klein – No Logo, « la tyrannie des marques » –( 2001) Actes Sud – 24,60€

Datavision « mille et une informations essentielles et dérisoires à comprendre en un clin d’œil »- DavidMcCandless – Ed. Robert Laffont – 23€ ( ed 2011) à source d’inspiration pour présenter des données et faire passer des messages

Petit traité de manipulations à l’intention des honnêtes gens – Robert Vincent Joule & Jean Léon Beauvois – 1987-

L’art de la guerre – Sun Tsu – en pdf sur le net à Sur la stratégie

Mythologies – Roland Barthes – Sémiologue – Version brochée avec photos se trouve parfois à 25€ – Version poche sans photo à Sur la marque

Le questionnaire dans l’enquête psycho-sociale- Roger Mucchielli – Les éditions ESF

PÉRIODIQUES

La revue française de Marketing – Adetem – o http://www.adetem.org/xwiki/bin/view/NBAdetem/Revue

Marketing Magazine – mensuel 60 Millions de consommateurs

WEB

Quand vous allez chercher des informations sur le marketing, à titre de formation, choisir les grandes écoles de commerce ( HEC, ESCP, etc.) attention aux individuels inconnus …. Ou connus d’ailleurs

Vous abonnez à des newsletter ou /et aller visiter leur site : Credoc, ( analyses France) Ipsos ( institut d’études marketing internationales), TNS Sofres, GfK, McKinsey , BCG France et groupe                                                                                                                                                                                                                                                                                      esomar.org à code de déontologie ( diffusé avec le cours N°1)                                                                                                                                                                                                                                

Consumer protection ( UK) http://www.covermagazine.co.uk/cover/feature/2150104/consumer-protection USA https://publications.usa.gov/USAPubs.php?NavCode=XA&CatID=12

ARTICLES ET EXTRAITS

Le marketing est-il manipulatoire, idéologique et immoral ? (source : Mercator 2009)

Modalité de contrôle des connaissances

Contrôle en fin d’année

 

Sociologie de l'opinion

Christophe PIAR

Enseignant-chercheur

 
 

Objectifs pédagogiques

Ce cours explore les mécanismes de formation et de changement des opinions des citoyens, ainsi que les questions méthodologiques posées par la mesure de ces opinions. Il présente ainsi les grands modèles explicatifs développés dans la recherche française et internationale, depuis les analyses (parfois qualifiées de « déterministes ») mettant l’accent sur les variables dites « lourdes » (catégorie sociale, religion…) jusqu’aux approches inspirées de la psychologie cognitive, qui insistent sur les processus de raisonnement individuel. Le cours initie enfin les étudiants aux méthodes utilisées par les instituts de sondage pour quantifier les opinions des citoyens, en soulignant leurs atouts mais aussi leurs faiblesses.

Plan du cours

I. L’influence des variables de long terme sur les opinions des citoyens A. Le modèle de la géographie humaine B. Le modèle du traumatisme historique C. Le modèle de Columbia et le rôle des appartenances sociales D. Le paradigme de Michigan et la transmission familiale des opinions II. L’influence des variables de court terme sur les opinions des citoyens A. L’influence de l’image des acteurs politiques B. L’impact de la conjoncture économique C. Le rôle des enjeux

III. Les apports de la psychologie cognitive à la science des opinions A. Les raccourcis cognitifs et le mécanisme de l’inférence B. Une rationalité à faible information ? C. Le rôle de l’émotion dans la formation des opinions

IV. Les effets des médias sur les opinions des citoyens A. La persuasion directe B. L’effet d’agenda C. L’effet d’amorçage D. L’effet de cadrage

V. La mesure quantitative des opinions : les sondages d’opinion A. L’institutionnalisation des sondages d’opinion aux Etats-Unis et en France B. Le questionnaire C. La constitution de l’échantillon D. Les modes de passation (face à face, téléphone, internet) E. Les redressements

Références bibliographiques

BON, Frédéric, Les sondages peuvent-ils se tromper ?, Calmann-Lévy, 1974. BRÉCHON, Pierre, Comportements et attitudes politiques, PUG, 2006. CAYROL, Roland, Opinion, sondages et démocratie, Presses de Sciences Po, 2011. DARGENT, Claude, Sociologie des opinions, Armand Colin, 2011. DONSBACH, Wolfgang, TRAUGOTT, Michael, The Sage Handbook of Public Opinion Research, Sage, 2008. EDWARDS III, George, JACOBS, Lawrence, SHAPIRO, Robert, The Oxford Handbook of American Public Opinion and the Media, Oxford University Press, 2011. LEHINGUE Patrick, Subunda. Coup de sonde dans l’océan des sondages, Ed. du Croquant, 2007. MAYER, Nonna, Sociologie des comportements politiques, Armand Colin, 2010. PIAR, Christophe, Comment se jouent les élections. Télévision et persuasion en campagne électorale, INA Editions, 2012. RIVIERE, Emmanuel, HUBE, Nicolas, Faut-il croire les sondages ?, Prométhée, 2008.

Modalités de contrôle des connaissances

50 % contrôle continu (dont 25 % devoir sur table et 25 % note d’analyse) et 50 % examen final.

 

Économie des Ressources humaines

 

Antoine REBERIOUX

Professeur

Université Paris-Diderot

 

Objectifs pédagogiques

Le cours s’intéresse à l’évolution, depuis quatre décennies, des pratiques en matière de gestion des ressources humaines et de dialogue social au sein des entreprises. Au niveau théorique, le cours s’appuie sur l’analyse institutionnaliste et la microéconomie. Au niveau empirique, les tendances sont notamment analysées à partir des données d’enquête (REPONSE, enquête sur la structure des salaires, etc.) les plus récentes. Les thèmes traités sont les suivants : les relations professionnelles, l’organisation du travail, les salaires et la mobilité.

Plan du cours

    1. Introduction : les marchés internes du travail et le modèle fordiste
    2. Relations professionnelles et négociation collective
      • Les institutions représentatives du personnel en France
      • Les différents niveaux de négociations
      • Syndicats salariés et patronaux : les acteurs du système français
    3. Organisation du travail et changements technologiques
      • La dynamique des nouvelles formes d’organisation du travail
      • La complémentarité avec les TIC
      • Productivité et progrès technique biaisé
    4. La rémunération du travail
      • Le niveau des salaires : détermination et évolution
      • La diversification des pratiques
    5. Mobilité des salariés et stabilité de l’emploi
      • Evolution des mobilités sur le marché du travail
      • La mobilité vue au niveau de l’entreprise
      • CDD et intérim : des logiques différentes
    6. Conclusion : les marchés internes aujourd’hui
    7. Bibliographie de base

      Stankiewicz, F. et Léné, A. (2011), L’économie des ressources humaines, La Découverte, col. Repères, Paris, 2011. Site de la DARES (Direction de l’Animation de la Recherche, des Etudes et des Statistiques ; Ministère du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social), http://dares.travail-emploi.gouv.fr/dares-etudes-et-statistiques/etudes-et-syntheses/dares-analyses-dares-indicateurs-dares-resultats/

      Modalités de contrôle des connaissances

      Contrôle continu (exposé) + examen final

Sociologie du Travail

Objectifs pédagogiques

Préparant les étudiants à appliquer, dans leur vie professionnelle future, des compétences de sociologues du travail au sein d’entreprises, d’administrations publiques, voire d’associations, le cours et le TD proposent une approche problématisée de l’analyse sociologique du travail dans les organisations productives contemporaines. Il s’agit de comprendre le travail comme étant au service d’une production collective qui est cadrée par des dispositifs (équipements matériels, outils de gestion…) canalisant le travail. Au cours des dernières années, pour faire face aux exigences croissantes dans le cadre des formes actuelles de la concurrence, ces dispositifs ont été considérablement renforcés : les organisations productives intègrent de plus en plus d’éléments d’organisation (indicateurs chiffrés de performance permettant de se comparer et de mettre les équipes et les individus sous tension, démarches qualité, procédures diverses, etc.) ; parallèlement ou en lien, elles font de plus en plus appel au support d’applications informatiques (ERP, interfaces diverses, courrier électronique, etc.). Le travail en ressort comme paraissant très contraint, mais il n’est cependant pas complètement automatisé, ce qui pose la question de la contribution qu’on attend de lui et de la reconnaissance de cette contribution.

Le TD vise à faire acquérir une capacité à observer, de façon patiente et attentive, le travail comme activité. Il cherche à façonner un regard attentif aux détails de l’activité et au sens que les travailleurs donnent à celle-ci et à ses contraintes. Pour cela, il familiarise les étudiants avec ce regard à travers la lecture de textes fondateurs de la sociologie de la relation de service, avant de l’exercer lors d’une courte observation.

Plan du cours

Introduction. – Le travail dans l’entreprise : stratégies de valorisation, production, gestion et travail

Chapitre 1er. – De la stratégie industrielle au travail via les outils de gestion

Chapitre 2. – Les théories managériales du travail

Chapitre 3. – Les mutations des stratégies d’offre dans la nouvelle régulation économique

Chapitre 4. – De la question du dépassement du taylorisme au recul donné par les enquêtes sur les conditions de travail

Chapitre 5. – Relation de service et technique : le travail comme activité et comme action

Bibliographie de base

UGHETTO, P., Faire face aux exigences du travail contemporain. Conditions du travail et management, Editions de l’ANACT, 2007.

VATIN, F., PILLON, T., BIDET, A., 2000, Sociologie du travail, Montchrestien, coll. AES, 2000.

HUGHES E.C., Le regard sociologique, Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 1996.

BIDET, A., BORZEIX, A., PILLON, T., ROT, G., VATIN, F. (dir.), Sociologie du travail et activité, Octarès, 2006.

 

Audit social

Frédéric LEFEBVRE-NARÉ

Ingénieur et économètre, expert des data comportementales

cabinet Isée dataSTRATEGIES

Objectifs pédagogiques

Connaître et comprendre les méthodes et outils permettant d’analyser les différentes composantes, individuelles et collectives, du travail salarié, en intégrant les objectifs des personnes, ceux des entreprises, et les contraintes réglementaires.

Ce cours vise à initier aux démarches et aux principales techniques d’audit social. Il partira de l’expérience individuelle du travail salarié, et de la perception que l’on peut en avoir comme responsable ou subordonné, et conduira aux modèles de la relation sociale sur lesquels s’appuient les cabinets d’audit et les partenaires sociaux, DRH et organisations syndicales. Il parcourra les principaux thèmes et outils du champ : santé et bien-être au travail, engagement des salariés et évaluation en RH, bilans sociaux et RSE. Il prendra en compte la numérisation de l’information : LinkedIn, Glassdoor, etc.

Règles du cours :

  • Apprendre en faisant
  • Tout est faisable sur place en cours
  • Ordinateur (avec accès internet et Excel ou équivalent, Powerpoint ou équivalent), téléphone, papier, crayon

Plan du cours

Cours 1 : Cartographie de la relation entreprise-salarié·e. Animation en « focus group » partant de l’expérience propre des étudiants (stages antérieurs, y compris à l’âge du collège…).

Cours 2 : Des phénomènes à leur mesure : créer des indicateurs mesurables par questionnaire. Échelles de réponses, ordre thématique, anonymat… Exploitation du cours 1 : formalisation des thèmes comme questions fermées.

TD 1 : Pratique du questionnaire : sensibilité et fiabilité des mesures à l’échelle individuelle. Enquête miroir auprès d’un·e salarié·e et de son encadrant·e, par téléphone pendant le TD, individuellement, sur RV pris auparavant. Analyse en binôme puis collective.

Cours 3 : Les risques psycho-sociaux (RPS). Les cours 3-4-5 étendent l’expérience des cours 1-2 et du TD1 en les formalisant. Cours 3 : analyse sur la base du rapport Gollac, sous l’angle des risques eux-mêmes (non des indicateurs ou questions).

Cours 4 : Approche globale de la santé sécurité au travail (SST) et de la prévention des risques professionnels (PRP) : exemple de la MSA. Analyse sur la base du bilan du plan SST 2011-2015 de la CCMSA. Éventuellement témoignage d’un professionnel de la MSA ou d’un intervenant externe. Aperçu de l’organisation SST/PRP dans le régime général.

Cours 5 : Santé au travail et risques psycho-sociaux : échelles, modèles et auteurs. Travail en binômes et présentation : échelles de Karasek, Siegrist, GHQ et HAD, PSS, échelles numériques de stress, harcèlement (Quine et fondation de Dublin). Introduction à la psychodynamique du travail : Christophe Dejours, à partir de Maranda (1995).

TD 2 : Analyse statistique des principaux facteurs de risque sur une enquête RPS réelle. Travail sur fichier « Excel » sur un fichier réel anonymisé. 

Cours 6 : Le cadre des audits : CHSCT/CSE, relation patronat-syndicats, risque grave ; cas des suicides et tentatives. Les cours 6, 7, 8 reprennent et approfondissent les sujets des cours 3, 4, 5 dans 3 perspectives d’acteurs : partenaires sociaux, directions générales de grandes entreprises, salarié individuel et ses interlocuteurs.  Approche juridique du « modèle social français » et de son évolution avec la création du CSE.

Cours 7 : Grandes et très grandes entreprises : bilan social, baromètres sociaux, mesure de l’absentéisme, marque employeur et attractivité. Travail sur table : analyse d’un bilan social (différent par étudiant), comparaison entre différentes entreprises. Évaluation des entreprises par leurs salariés sur Glassdoor : thématiques majeures.

Cours 8 : Engagement des salariés et évaluation individuelle. Les outils RH du point de vue des directions : test et analyse d’outils réels. « Google-isation », Facebook, et lecture des profils LinkedIn : angles de vue sur le salarié ou candidat.

TD 3 : Entretiens avec des responsables syndicaux et/ou cadres RH. Synthèse. Soit interviews par téléphone, en trinômes, puis débriefing à chaud ; soit intervenants dans le cours et dialogue.

Cours 9 : Les professionnels et cabinets spécialisés du secteur social : analyse de témoignages. Soit intervention d’un ou deux professionnels et dialogue, soit analyse de témoignages publiés et interviews. Revue des types d’intervenants : cabinet, organismes publics et parapublics de prévention.

Cours 10 : Diversité des représentations de la relation au travail : approche interculturelle. Étude de documents : extraits de livres de Philippe d’Iribarne et son équipe.

Cours 11 : Les nouvelles formes du travail et du salariat : jobbing, relation à distance, chômage gris, découplage revenu-travail. Retour sur l’expérience des étudiants et de leurs proches dans leur génération. Tentative de formalisation des enjeux. Confrontation à la documentation (France Stratégie, Institut de l’Entreprise, Françoise Frisch « La Boulodiversité ») et aux modèles antérieurs (Karasek, Siegrist…)

TD 4 : Jeu de rôles : du lancement d’un audit à sa restitution. Soit sur l’université, soit sur le cours lui-même avec un intervenant externe comme « auditeur ».

Cours 12 : Évaluation finale par étude de cas. Cas d’entreprise réelle avec fichier de réponses à une enquête de type RPS, ST ou baromètre social.

Références bibliographiques

Revues spécialisées : Liaisons Sociales, Gestion sociale, Santé et travail, Travail et changement (revue de l’ANACT)

Sites internet : www.auditsocial.org, www.inrs.fr, www.travail-emploi.gouv.fr, www.anact.fr, www.andrh.fr, www.orse.org

Ouvrages :

  • Faut-il brûler le modèle social français ? Dominique Méda – Alain Lefebvre, 2006
  • En finir avec les idées fausses sur les syndicats et le dialogue social, Jean-Paul Guillot, 2015
  • Dialogue social et performance économique, Marc Ferracci, Florian Guyot
  • Les outils de l’audit social, Sylvie Guerrero, 2008
  • Glossaire de l’audit social, Michel Jonquières, 2015
  • Diagnostic d’entreprise – l’économique à l’épreuve du social, Marc Bartoli

Modalités de contrôle des connaissances

Les modalités d’évaluation sont déjà définies comme 50 % contrôle continu / 50 % contrôle final. Le contrôle final sera sur table, sous forme d’étude de cas. L’évaluation continue se fera à environ 1 séance sur 2, dont tous les TD, à partir de travaux individuels ou en binôme. Le module demande et encourage ainsi une forte participation des étudiants ; mais ne demandera pas ou marginalement, de travail hors des séances. Cette fréquence d’évaluation est permise par le faible effectif du groupe.

Acteurs et territoires du local

 

Dominique RIVIÈRE

Professeur de Géographie

Université Paris-Diderot

 

 

Nicolas DOUAY

Université Paris-Diderot

 

Objectifs pédagogiques

Le cours vise à initier les étudiants aux enjeux et critères des découpages du territoire local, à la marge de manœuvre des acteurs dans la mobilisation des « ressources territoriales » par les politiques publiques. Le local est à concevoir à la fois comme une échelle en soi de l’organisation du territoire mais aussi comme un niveau traversé par des flux, articulé à d’autres échelles d’organisation du territoire, inséré dans des systèmes spatiaux qui interagissent avec lui.

Plan du cours

1. La longue et lente émergence du développement local comme enjeu social et politique (France, Italie, Brésil)

2. Le local entre mailles fonctionnelles et analytiques (aire urbaine, agglomération etc.) et mailles de gestion (EPCI…) et de projet (pays, etc.)         

3. Des territoires traversés : l’économie résidentielle Préparation à l’exercice personnel : le local à travers l’analyse critique de 2 textes de E Charmes et C Noyé

4. La cohésion territoriale, quelle approche du local ?

5 & 6. Séance double. Les enjeux locaux de la métropolisation: les grands équipements et les conflits d’échelles (exemples : Ile de France- projet du Roissy express, Strasbourg –le projet euro-métropolitain et le port- et Rome-Fiumicino –l’aéroport et le patrimoine) Préparation à l’exercice personnel : les sources de la littérature grise et l’analyse d’un conflit

7. Les enjeux locaux de la métropolisation : comment la globalisation affecte les découpages du territoire (exemples : le Grand Paris)

8. (En fonction du temps disponible) La notion de bassin d’emploi : la dimension locale du marché de l’emploi, portée et limites (exemple, France, Italie) et/ou La notion de bien commun dans l’action politique locale, portée et limites. Préparation à l’examen.

Références bibliographiques

  • Bléton-Ruget A., Commerçon N., Gonod Ph. (dir) Territoires institutionnels, territoires fonctionnels, IRSVM, 2006
  • Boino, Paul, et Xavier Desjardins. Intercommunalité : politique et territoire. 1 vol. Paris: la Documentation française, 2009. http://www.sudoc.fr/132472066.
  • Bourdin A., La question locale, Paris, PUF 2000
  • Charmes E, Urban Studies, 2009
  • Charmes E, Metropolitiques, 2011
  • Davezies L., La République et ses territoires. La circulation invisible des richesses ? Seuil, Paris, 109 p., 2008.
  • Fraboulet-Rousselier D., Rivière D., La ville sans bornes, la ville et ses bornes, Paris, Nolin, 2006
  • Faure, Alain, et Anne-Cécile Douillet, éd. L’action publique et la question territoriale. Grenoble, France: Presses Universitaires de Grenoble, 2005.
  • Fol, Sylvie. « La politique de la ville, un outil pour lutter contre la ségrégation? ». L’information géographique 77, no 3 (2013): 6 28.
  • Maksim, Hanja, Stéphanie Vincent, Caroline Gallez, Vincent Kaufmann, et Collectif. L’action publique face a la mobilité. Paris: L’Harmattan, 2010.
  • Noyé C., Guilly C., Atlas des nouvelles fractures sociales, Autrement, 2004 réed 2006
  • Offner, Jean-Marc. « Les territoires de l’action publique locale. Fausses pertinences et jeux d’écarts. » Revue française de science politique 56, no 1 (2006).
  • Vanier, Martin. Le pouvoir des territoires: essai sur l’interterritorialité. Paris: Economica-Anthropos, 2008.
  • Vanier, M, Debarbieux B, Turco A, Melé P, et Collectif. Territoires, territorialité, territorialisation : Controverses et perspectives. PU Rennes, 2009.
  • Vanier M, « Partager la souveraineté territoriale : objets, modes et principes de l’État « glocal » », Rives nord-méditerranéennes, 25 | 2006, 9-18.

Modalités de contrôle des connaissances

Contrôle continu : moyenne :

  • d’un travail individuel de type note de synthèse à partir de deux articles abordés en cours OU synthèse d’un article et d’un dossier documentaire vu en cours (50 %)
  • d’un examen de type dissertation ou commentaire de documents ou de texte (50 %).

Contrôle final : Écrit dissertation ou commentaire de documents ou de texte (100 %).

UE5 : Mémoire de recherche ou mémoire de stage II

Mémoire de recherche ou mémoire de stage II
À venir