Ce site a pour but de servir de support à l'enseignement dispensé en L1 SES à l'Université Paris Diderot, par Christophe DARMANGEAT.
Il ne remplace en aucune manière le cours lui-même, ni la lecture attentive de certains ouvrages, dont ceux conseillés en bibliographie.
Selon la formule consacrée, les propos qui y figurent n'engagent que la responsabilité de leur auteur.


DISSERTATION

Le sujet de dissertation à la maison pour cette année 2016-2017 est le suivant :

« Existe-t-il un 'négationnisme économique' ? »

Rappel des consignes :
  • Ce devoir est à rendre sous forme électronique à votre chargé de TD le dimanche 13 novembre à 23h59 au plus tard.
  • Vous remettrez ensuite à ce même chargé de TD une version papier lors de la séance de TD qui suivra.
  • Le devoir devra être rédigé avec un traitement de textes courant (OpenOffice Writer, MS Word...)
  • Il comportera un maximum absolu de 20 000 caractères (espaces compris)
  • Toute citation, de quelque provenance que ce soit, devra être explicitement signalée par des guillemets et référencée. Tout manquement à cette règle sera considéré comme un plagiat.
  • Pénalités : 3 points par jour de retard entamé, 2 points par dépassement de 100 caractères.
Bon travail à toutes et tous !


-->
Bienvenue !
Ce site a pour but de fournir une aide aux étudiants qui suivent l'enseignement d'Introduction à l'Analyse Économique, dispensé en L1 à l'Université Paris 7. Il ne s'agit donc pas d'un manuel, ni même d'un véritable cours structuré. Son ambition, beaucoup plus limitée, se limite à être un complément. Si certains d'entre vous y trouvent des éléments qui les aident à comprendre ce qu'ils ont vu en cours et à y réfléchir, alors son but sera pleinement atteint.
Vous y trouverez donc :
1. Les dossiers de support des TD
2. Quelques points de repères en rapport avec le cours
  • Des éléments de logique : l'économie est-elle une science, ou le moyen pour des charlatans de raconter n'importe quoi tout en recevant un (souvent bon) salaire ? Mais qu'est-ce qu'une science, et qu'est-ce qu'un raisonnement scientifique ? Quelques éléments de réponse dans ce chapitre...
  • Des définitions : avant d'aborder l'analyse économique, il faut savoir un minimum de quoi l'on parle. Économistes, mais aussi comptables et gestionnaires, se sont donnés des outils pour cerner les différents phénomènes que recouvre l'opération dite de production.
  • Les théories de la valeur : une question traverse toute la théorie économique, dont la réponse est lourde de beaucoup de conséquences : quelle explication permet de comprendre qu'un produit fini vaille davantage que la somme de ses composants ? Autrement dit, si le chapitre précédent abordait la question du comment se créée la valeur, celui-ci aborde la question du pourquoi, au travers des deux grandes options théoriques qui se sont affrontées autour de ce problème.
  • Le travail productif et improductif chez Smith : un problème beaucoup plus étroit que ce qui précède, mais une illustration sur la manière dont le raisonnement économique, dès ses premiers pas, a perçu, derrière des phénomènes apparemment identiques, des mécanismes radicalement différents.
  • La gravitation ricardienne : comment le libre marché, en laissant chaque producteur (capitaliste) entièrement libre de ses décisions, n'engendre-t-il pas un chaos généralisé, mais un ensemble dont les proportions s'ajustent en permanence les unes aux autres ? L'économie classique, avec Smith puis Ricardo, était parvenue à une réponse qui mêlait tout à la fois des considérations sur les prix et les profits, et montrait comment l'équilibre était en permanence à la fois rétabli et rompu par la réaction des entreprises aux signaux du marché.
  • La baisse du taux de profit chez les classiques : un thème qui traverse tout à la fois les oeuvres de A. Smith, D. Ricardo et K. Marx : la dynamique de long terme du système capitaliste. À chaque fois, une conclusion pessimiste, mais des raisonnements très différents.
  • La loi des débouchés et sa critique : dès les débuts du XIXe siècle, une discussion passionnnée s'engagea pour savoir si les crises de surproduction générale étaient possibles. Jean-Baptiste Say laissa son nom à une loi qui affirmait le contraire. Bien avant le renouveau de la polémique au siècle suivant entre J. M. Keynes et les néoclassiques, le débat ne faisait que commencer ; mais les arguments centraux en étaient déjà posés.
  • L'équilibre néoclassique : autour des années 1870 apparaît un courant de pensée qui devient rapidement dominant dans la théorie économique, celui des néoclassiques. Ce chapitre présente rapidement quelques-uns des principaux fondements de leur analyse.
  • Le marché du travail : les théories néoclassique et keynésienne s'affrontent en particulier sur la question du chômage, qui fut déterminante dans la naissance de l'hétérodoxie keynésienne. D'où provient le chômage et comment le combattre ? Telles sont les questions sur lesquelles ce chapitre montre les positions respectives de ces deux courants de pensée.
  • Un tableau synoptique des positions essentielles des différents courants : ...ou comment récapituler un certain nombre de prises de positions dans les quelques lignes d'un tableau qui, à défaut d'expliquer quoi que ce soit, résume la diversité des conclusions des différents courants sur quelques questions majeures.
  • Économie et politique : le keynésianisme est-il de gauche ? Le libéralisme est-il de droite ? Voilà des idées aussi répandues que discutables. Alors... discutons-les !
  • Ils l'ont écrit... : parler des économistes, c'est bien, lire ce qu'ils ont eux- mêmes écrit, c'est mieux. Voici une série de citations, choisies par mes soins selon des critères parfaitement opaques, mais qui, chacune à leur manière, résument ou révèlent les points de vue de leurs auteurs.
3. Diverses choses aussi utiles que stimulantes (et réciproquement)
  • Les informations pratiques liées à ce cours et aux TD : méthode de travail, modalités d'évaluation, bibliographie, etc.
  • La dissertation d'économie : technique et conseils : qu'est-ce qu'une problématique ? Combien faut-il faire de parties ? Et surtout, qu'est-ce que le corecteur attend d'un tel devoir ? Toutes les réponses à ces (très angoissantes) questions.
  • Une petite bibliographie romanesque : lire des romans pour comprendre l'économie, une idée saugrenue ? Peut-être... ou pas. Avant d'être de froides et abstraites théories, l'économie est un phénomène social. Autrement dit, avant d'analyser la réalité, il n'est pas inutile de la connaître, y compris (et surtout ?) sous ses aspects les plus humains.
  • Des questions faussement faciles sur lesquelles méditer : ce ne sont pas des questions de cours. Les réponses ne seront pas notées. Mais simplement, si on va à la fac, c'est normalement, avant tout pour apprendre à réfléchir, non ? Alors, certes, un cours tel que celui-ci peut sans doute servir à décrocher un diplôme. Mais je ne désespère pas que son utilité aille un peu au-delà de cela...
  • Des videos sur le net : Internet est dorénavant une mine d'or de conférences et de documentaires disponibles sur un simple clic. En voici une petite sélection, parmi les meilleurs qu'il m'ait été donné de connaître (mais n'hésitez pas à m'en indiquer d'autres que j'aurais ratés).
Bonne lecture !
Et quelle que soit votre demande, n'hésitez pas à m'écrire pour engager le dialogue.
 
Christophe DARMANGEAT